Chroniques de septembre 2017

Ici se concentrent les chroniques concernant les partitions de musique classique.

Modérateur : Lopez Noël

Lopez Noël
Administrateur du site
Messages : 7922
Enregistré le : mer. 23 mars 05 16:39

Chroniques de septembre 2017

Message par Lopez Noël » mer. 13 sept. 17 9:34

3. LIS 11.11
LISZT, Franz Liszt : Ouvertüre zu "Tannhäuser", Konzertparaphrase für Klavier (Richard Wagner). Herausgeber Peter Jost. Fingersatz Andreas Groethuysen.
« En 1876, Liszt confessait rétrospectivement, mais avec franchise, à la maison Breitkopf & Härtel que ses «transcriptions de Wagner» n’auraient servi «que de modeste propagande, sur un pauvre piano, en faveur du sublime génie de Wagner». De fait, Le Vaisseau fantôme, Tannhäuser et Lohengrin, ces opéras de Wagner qui connurent par la suite un si grand succès, furent donnés vers 1850 au théâtre de la cour de Weimar exclusivement sous la direction de Liszt. Pour la composition de la paraphrase d’après Tannhäuser, Liszt s’est inspiré des exécutions de l’ouverture en novembre 1848 ainsi que de l’ensemble de l’opéra en février 1849 à Weimar. L’adaptation au piano de cette ouverture est une pièce de bravoure de tout premier plan. Elle marque une nouvelle étape dans la série des arrangements lisztiens d’œuvres de Wagner publiée par la maison d’édition Henle ».
G. Henle Verlag (dis ; G. Henle) ; HN1066 : 13,50 euros.
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Noël Lopez

Lopez Noël
Administrateur du site
Messages : 7922
Enregistré le : mer. 23 mars 05 16:39

Chroniques de septembre 2017

Message par Lopez Noël » mer. 13 sept. 17 10:05

3. SCH 31
SCHUBERT, Franz : Winterreise D 911 (op. 89). Arranged by Gregor Meyer.
« Winterreise est l'un des cycles les plus bouleversant de toute l'histoire de la musique ». La sobriété du discours musical, son intériorité douloureuse, son impression d'immobilité emporte l'auditeur du premier au dernier lied, qui ne conclut pas, s'arrêtant juste au bout de la solitude, « au seuil de la démence » (Einstein). Les poèmes de Müller correspondent parfaitement à l'état d'esprit du compositeur à ce moment-là : fatigué, découragé, il se reconnaît dans le narrateur dès qu'il découvre les poèmes. Voyage et solitude sont les thèmes principaux et ce qui appartient au bonheur n'apparaît que sous forme de souvenir et d'illusion. Schubert mêle dans ce cycle à parts égales le duo instrumentiste et chanteur, anticipant Schumann ».
Breitkopf & Härtel (dis ; Breitkopf) ; EB8917. 24,50 euros.
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Noël Lopez

Répondre